Amour bienveillant

Méditation analytique sur l'amour bienveillant

Déjà, qu'est-ce que l'amour bienveillant?

C'est premièrement le fait d'aimer tout le monde, car tout le monde recherche la même chose: le bonheur.

Ensuite, aimer vraiment quelqu'un ne signifie pas être gentil avec lui / elle pour qu'il ou elle nous aime en retour. Ça se serait un sentiment directement relié à notre égo. Le vrai amour, c'est souhaiter le bonheur à quelqu'un, sans vouloir l'emprisonner, sans vouloir qu'il soit "à nous". Juste essayer de lui apporter ce que nous pouvons lui apporter, sans attendre un quelconque retour de sa part. Peu importe qu'il nous aime aussi ou non, peu importe qu'il "reste" auprès de nous ou non. Tout ce qui est sentiment d'abandon, désir de vouloir posséder l'autre (possessivité), vient de l'égo. L'amour bienveillant vient de notre nature de Bouddha, notre désir de vouloir aider tous les êtres sensibles.

Cet amour est dit bienveillant, c'est à dire qu'il veille au bien. Pas besoin de développer plus cette notion, vous avez compris je suppose.

 

Quand on mélange les deux termes, que donne "amour-bienveillant"?

Et bien, quand on aime quelqu'un, et qu'on ne cherche que son bien à lui, on est parfois obligé de faire quelque chose qui ne nous met pas forcément en valeur, de dire des choses désagréables, etc... C'est par exemple le cas des parents qui doivent interdire quelque chose à leurs enfants, pour leur sécurité. D'infinis cas de figure peuvent exister au niveau de l'amour bienveillant, on peut parfois l'exprimer par de la gentillesse, mais parfois aussi par une certaine "dureté", uniquement dans l'intérêt de l'autre, évidemment.

Cet amour bienveillant nous éloigne de notre égo, car que ce soit dans un cas comme dans l'autre: 
- si on souhaite le bien de l'autre, sans en attendre quoi que ce soit, quitte à ce qu'il nous "abandonne", on met notre égo de côté, car on aime l'autre pour ce qu'il est, et non pas pour ce qu'il pourrait nous apporter. On ne cherche pas à le posséder. 
- si on doit parfois être "dur" avec quelqu'un pour son bien, ce n'est pas facile non plus, car l'on se met dans une position où nous devenons le/la méchante. Mais ce qui compte c'est l'intention, comme toujours. Si vous criez sur votre enfant pour lui éviter un danger, ce n'est pas la même chose que si vous lui criez dessus pour qu'il range sa chambre car ça vous énerve.

 

Dans cette méditation, il serait bien de méditer un petit peu là dessus: envers qui avez-vous réellement un amour bienveillant? Il se peut que ce soit plusieurs personnes, mais il se peut aussi que ça ne soit personne, car l'égo s’immisce dans toutes les relations, et chacun est différent. Soyez le plus honnête possible avec vous-mêmes, sans vous juger.

Une fois que vous avez réfléchi à cela, vous pouvez ensuite vous imaginer que vous envoyez plein d'amour à la personne que vous aimez le plus (sous forme d'énergie, ou alors vous pouvez vous visualiser en train de la serrer dans vos bras, peu importe). Puis vous élargissez cela à d'autres personnes envers qui vous êtes moins proche. Et vous finissez par envoyer de l'amour ou prendre dans vos bras votre "pire ennemi".

 

S'imaginer qu'on donne de l'amour aux êtres qui nous sont proches est facile, mais s'imaginer qu'on en donne à ceux que l'on voit comme des ennemis est beaucoup plus difficile. Si vous n'y arrivez pas, ne vous jugez pas. Ce sont des choses qui viendront avec le temps. N'oubliez pas simplement que tout le monde recherche le bonheur, et que tous les comportements, qu'ils soient jugés "bons" ou "mauvais", découlent de cette recherche du bonheur, même s'ils ont bien souvent l'effet inverse.

 

Commencer la méditation en prenant refuge, et terminer en dédicaçant la pratique... comme toujours.

15 votes. Moyenne 4.47 sur 5.

Ajouter un commentaire